Malte est-elle faite pour un travailleur nomade ?

By Chris Prolls
Malte - medtour.tn
Malte – medtour.tn

Située en mer Méditerranée, Malte est, depuis quelques années, dans le top 10 des meilleurs paradis fiscaux. 

L’archipel est un des lieux qui séduit de nombreux acteurs économiques étrangers.

La plupart d’entre nous se posent beaucoup de questions sur ce qui attire vraiment les expatriés sur le territoire maltais et si c’est vraiment avantageux d’y vivre en tant que travailleur nomade.

Découvre la réponse à travers ces quelques lignes.

L’imposition maltaise : pas de cadeau spécifique pour les expatriés.

Dans la République de Malte, tout le monde est imposable, Maltais ou expatrié.

Contrairement à d’autres, le pays n’adopte pas de régime fiscal spécifique pour les étrangers.

Cependant, l’État de Malte dispose d’un système d’imposition très attractif pour toute personne venant y résider.

L’imposition, qui est plus intéressante qu’en France, comporte plusieurs régimes :

  • Le régime High Net Worth Individual (HNWI) : il permet aux personnes ayant un niveau de fortune élevé de payer des impôts seulement sur leurs revenus internes, avec un taux fixe de 35 %.
    Leur patrimoine situé à l’étranger, ainsi que leurs revenus de source non maltaise ne sont pas imposables dans le territoire.
    Le rapatriement de revenus y est, par contre, imposé à un taux de 15 %. Une taxe minimale annuelle de 20 000 € est également à payer, avec un surplus de 2500 € par personne à charge, si elle vit aussi à Malte, bien sûr.
    Ces chiffres passent à 25 000 € pour les non-européens avec 5000 € pour chaque personne à la charge.
  • Le régime Global Residence Programme : il a le même contexte que le HNWI sauf pour la taxe minimale annuelle qui est de 15 000 euros.
  • Le régime de résidence ordinaire : il permet d’avoir un taux d’imposition progressif jusqu’à 35 % pour les revenus gagnés à Malte et les revenus venus d’ailleurs qui y sont rapatriés.
  • Le régime pour résidents retraités : dédié spécialement pour les retraités ressortissants de l’Union européenne, ce régime impose les contribuables à payer une taxe à taux progressif maximum de 35 %.
    Et un taux de 15 % pour les revenus étrangers rapatrié dans le territoire.

À noter que pour ces 4 types de régime d’imposition, les revenus internationaux non rapatriés à Malte sont non imposables.

La succession et la fortune sont également non imposables à Malte.

Tout y est compensé par le coût de la vie moindre.

Si les impositions sont peu intéressantes à Malte, tout y est compensé par le coût de la vie.

Dans de beaux endroits à Malte, on peut dénicher des appartements à partir de 50.000 €, des duplex de standing de 100 m2 avec vue imprenable sur la mer à 100.000 € et des maisonnettes à étages avec jardin ou toit-terrasse à 300.000 €.

On peut également louer un appartement à partir de 300 € seulement le mois ou un duplex à 500 €.

Le prix des produits alimentaires y est aussi nettement plus bas qu’en France.

On arrive à bien vivre avec un budget de repas mensuel de 600 € (dans les petits restau).

En bref, un expatrié peut vivre dans de beau quartier à Malte en menant une vie convenable à moindre coût.

Un budget mensuel de 1400 € peut offrir une vie bien plus belle qu’en France.

A noter qu’à Malte, il n’y a pas de taxe d’ordures ménagères, ni de taxe d’habitation, ni de redevance pour la télévision.

Alors, si tu te demandais encore si vivre en Malte est fait pour un travailleur nomade, la réponse est oui.

Même en ajoutant le coût de l’imposition, la vie y demeure moins chère qu’en France.

Il suffit de bien planifier son déménagement que l’expérience soit réussie !

 

One thought on “Malte est-elle faite pour un travailleur nomade ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.