Malaisie : pour une vie plus avantageuse qu’en France

By Chris Prolls
Malaisie - © Rob WhitworthGetty Images
Malaisie – © Rob WhitworthGetty Images

Rentabiliser son activité en dépensant moins, tout en vivant convenablement, voilà la préoccupation d’un travailleur nomade. Pour cela, de nombreux expatriés français ont choisie la Malaisie.
Entre paysages paradisiaques et villes dynamiques, la Malaisie présente de nombreux avantages pour monter son business.
Je te propose un petit tour d’horizon des atouts du pays, pour un entrepreneur, et des formalités à remplir.

Une qualité de vie équivalente, à moindre coût

Bien que le coût de la vie ait un peu augmenté ces dernières années, la vie en Malaisie reste toujours moins chère qu’en France (- 37%). Une bonne nouvelle pour les expatriés qui peuvent avoir à peu près la même qualité de vie, à moindre coût !

Je dis « à peu près » car c’est un pays d’Asie : la culture, le mode de vie, l’économie… tout y est différent. Cela dit, de nombreux endroits se sont occidentalisés, notamment dans la capitale Kuala Lumpur.

Tu pourras vivre dans une ville de Malaisie avec un budget mensuel de 400€. Tu y auras une vie correcte avec moins de 700€ et tu vivras luxueusement avec 1400€. De quoi permettre au digital nomade, que tu es, d’économiser plus sur ses revenus !

A titre d’exemple : on peut louer un studio pour 90€, l’électricité autour de 40€ en moyenne, l’ADSL pour 30€ et on peut déjeuner pour 3€… et bien d’autres choses à petits prix !

Des impôts acceptables

Si tu restes plus de 182 jours sur le territoire malaisien, tu seras considéré comme résident et donc imposable sur tes revenus. Le taux d’imposition varie de 0 à 26% en fonction du revenu (8 paliers d’imposition).

Par contre, si tu y séjournes moins de 182 jours par an, aucune taxe ne sera prélevée !

À noter : l’année fiscale Malaisienne correspond à l’année civile (du 1er janvier au 31 décembre) et la déclaration d’impôts sur le revenu doit être faite avant le 30 avril de l’année suivante.

Des exemptions d’impôts dans certains cas

En Malaisie, les retraités, les personnes percevant une allocation de chômage ou des intérêts bancaires ainsi que les personnes exerçant moins de 60 jours sur le territoire sont exemptées d’impôts.

Et tout expatrié possédant un visa Malaysia My Second Home (MM2H) n’a pas à cotiser à l’étranger.

Entrer et s’installer en Malaise : les formalités

Entrer en Malaisie est très facile. Il suffit d’un passeport valide de plus de 6 mois et d’un visa à demander au service de l’immigration en arrivant à l’aéroport.

La durée maximum d’un séjour, que ce soit pour affaire ou touristique, est de 3 mois.

Si tu veux rester plus longtemps, tu auras 2 options :

  • obtenir un visa MM2H,
  • sortir du pays pour y retourner ensuite et obtenir un nouveau droit de séjour.

Le visa MM2H permet de rester 10 ans et peut être renouvelé. Le seul hic c’est qu’il est seulement donné aux personnes plus de 50 ans et avec quelques conditions financières.

Si ce n’est pas ton cas, il te reste donc la 2ème option, que pratiquent de nombreux Français et étrangers résidant en Malaisie depuis des années. Une fois leur visa expiré, il leur suffit de sortir du pays par une frontière terrestre avec un pays voisin tel que la Thaïlande ou Singapour et d’y retourner ensuite.

En arrivant, ils peuvent obtenir un nouveau droit de séjour de 3 mois et recommencer ainsi à chaque expiration du visa.

 

Et toi, es-tu déjà allé en Malaisie ? Ce pays te tente-t-il pour faire fructifier ton business tout en faisant des économies ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.